Guide

  • Guide
  • /
  • Lire un article
le Mer 10 Avr 2019, 20:15:00

Le découvert bancaire est une forme de crédit, c’est-à-dire que la banque accepte d’honorer certaines de vos dépenses au-delà des sommes qui figurent sur votre compte bancaire.

Le découvert bancaire est une possibilité offerte par votre banque et non un droit.

 

Parfois Source de conflit entre les banques et leurs clients, le découvert bancaire obéit à certaines règles. Qu’il vaut mieux connaître pour ne pas avoir à payer le prix fort.

Votre banque n’est pas obligée de vous accorder un découvert. En pratique, si vous avez un emploi stable et que votre salaire est domicilié dans la banque en question, vous bénéficierez très probablement d’une autorisation de découvert contractuel. Le découvert est mis en place pour résoudre un problème de trésorerie ponctuel.

 

Celle-ci est à distinguer d’un dépassement, qui est un découvert non autorisé. La nuance entre les deux est de taille : dès un dépassement de 5 FCFA, votre banque est en droit de rejeter des chèques, alors qu’elle doit les accepter si vous êtes dans les limites d’un découvert contractuel. 

 

L’autorisation de découvert doit être écrite et attachée à votre convention de compte. Elle dépend de vos revenus et ne peut pas s’étendre au-delà d’un certain nombre de jours. Elle doit préciser les conséquences du découvert, et notamment son coût.

 

 Combien coûte un découvert ?

Sauf faveur accordée par la banque, un découvert n’est jamais gratuit ! La banque vous facture des agios (intérêts). Le taux appliqué est indiqué dans votre convention de compte. Ce taux figure dans la plaquette tarifaire de votre banque. Il peut varier selon les banques.

Généralement, les agios sont facturés chaque trimestre. Le montant à payer dépend du niveau de débit atteint et du nombre de jours pendant lequel votre compte est resté débiteur.

Notez que plus le délai utilisé pour le remboursement de ce découvert est long et plus le coût de remboursement ( AGIOS ) est élévé, cela revient plus cher qu'un crédit à court terme.

La formule de calcul est complexe : pour éviter toute surprise, demandez à votre banque des exemples chiffrés.

Attention ! Vous n’avez pas le droit de dépasser le plafond de découvert autorisé. Si c’est le cas, la banque est en droit d’annuler votre autorisation (dans ce cas, elle doit vous en avertir).

 Si vos dépassements restent occasionnels et que votre banque n’annule pas votre autorisation de découvert, elle vous fera payer néanmoins des agios plus élevés et vous facturera des frais supplémentaires pour incident de fonctionnement. Au bout du compte, la note peut donc être salée !

Il faut faire très attention à ce qu’on appelle les « commissions d’intervention » et les « frais de forçage » : ils s’ajoutent aux agios et peuvent rendre les découverts très coûteux.

 

Commentaire(s)(0)

Laisser un commentaire